Articles avec #naturisme tag

Publié le 13 Avril 2017

Un livre de Julien Wolga
"Le nudisme, source de détente et de bien-être tantôt appréciée et pratiquée par les uns, tantôt suspecte et décriée par les autres, provient initialement d'une réflexion médicale, psychologique et philosophique profonde mais aujourd'hui oubliée.
À l'heure où la pudibonderie, les complexes et l'obscurantisme idéologique gagnent à nouveau du terrain, ce plaidoyer pour l'intégrité physique et mentale humaine qui est proposé à travers la défense de la nudité redevient nécessaire et urgent.
À travers un historique sélectif du mouvement nudiste français, ses forces et ses failles, et en poursuivant la réflexions au moyen d’éléments plus récents, ce livre propose de redécouvrir la nudité sous l'angle original de son potentiel ré-équilibrant pour la nature humaine."
En téléchargement ci-dessous

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Artistes-écrivains, #Naturisme

Repost 0

Publié le 22 Février 2017

Photo : Louis Tremelat - VIVRE D'ABORD Mai-Juin 1960

Photo : Louis Tremelat - VIVRE D'ABORD Mai-Juin 1960

Légende : Un bel athlète gymnique à l'île du Levant. L'île du Levant et d'autres lieux auraient être dus classés officiellement comme centre de revitalisation pour les citadins. La race chevaline est plus favorisée que la race humaine. Il suffit pour s'en rendre compte de visiter la magnifique haras du PIN (Orne).

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Bords de mer, #1945-1970

Repost 0

Publié le 11 Août 2016

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Ile du Levant, #Coupures de presse

Repost 0

Publié le 10 Août 2016

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Ile du Levant, #Coupures de presse

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2016

La Reine de l'île du Levant 4/4
La Reine de l'île du Levant 4/4
La Reine de l'île du Levant 4/4
La Reine de l'île du Levant 4/4
Revue ADIL 1953

Revue ADIL 1953

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Artistes-écrivains

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2016

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #1954

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2016

Je suis un nudiste ! de Bob Harvest de l'Académie des 13.  Archives personnelles et Max Bouzaglou
Je suis un nudiste ! de Bob Harvest de l'Académie des 13.  Archives personnelles et Max Bouzaglou

Je suis un nudiste ! de Bob Harvest de l'Académie des 13. Archives personnelles et Max Bouzaglou

La beauté n'a pas besoin de voiles pour être pudique.

Marcel Rouet

CHAPITRE XXIII

La Reine de l'île du Levant 1/4
La Reine de l'île du Levant 1/4

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #1954, #Naturisme

Repost 0

Publié le 20 Février 2016

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #La vie locale, #Coupures de presse

Repost 0

Publié le 3 Janvier 2016

Gymnosophie, Naturisme : un article de 1952 par Jean-Albert Foëx 2/2

DANS L'ILE DES VENUS ET DES V2

par Jean-Albert FOEX

Suite et fin

NATURE ET LIBERTÉ

Notre postulat, pourrait être celui qu'a formulé Lewis Mumford dans son livre Technique et Civilisation (Editions du Seuil - Collection " La Cité prochaine ") :

" La conception mécanique du monde, qui apparut au XVIIe siècle, doit être remplacée par une autre conception rendant toute justice à la nature humaine. Pour sauver notre science et notre technique, nous devons d'abord sauver l'homme. "

La gymnosophie prévue par K. de Mongeot est déjà un moyen de sauver des hommes, de préserver leur qualité humaine. En ce sens, elle est un humanisme. De Cnossos à Olympie, d'Alexandrie à Eleusis, l'humanisme grec, méditerranéen, était gymnosophique. L'universalité de Rome fut militaire, économique, mais aussi gymnosophique. Réciproquement, la gymnosophie en soi est un humanisme ; l'histoire, la sociologie en fournissant abondamment les preuves documentaires.

" Dans le monde paléotechnique, écrit Mumford, les réalités étaient l'argent, les prix, le capital, les actions ; l'environnement, aussi bien que la vie humaine, était traité par une abstraction. L'air et le soleil, à cause leur déplorable manque de valeur d'échange, n'avaient pas de réalité. Andrew Ure était ébahi devant l'excellent physicien qui rapporta devant le Sadler's Factory Investigating Commission des expériences qui prouvaient que la lumière solaire est indispensable à la croissance des enfants, fait qu'il appuyait - un siècle avant qu'on ne reconnaisse par des preventoria les bienfaits du soleil - en faisant remarquer que les déformités et les troubles de la croissance fréquents dans les villes industrielles étaient ignorés des Mexicains et Péruviens régulièrement exposés au soleil. "

Moralité. - Il y a plus d'humanisme concret dans le socialisme des Incas que dans ceux des démocraties classiques, occidentales ou populaires, pour lesquelles l'air et le soleil manquent toujours de valeurs d'échange. Par contre, ne leur font jamais défaut l'intellectuel distingué qui écrira la 199ème mouture de la fameuse étude : Vers un nouvel humanisme, ou le mironton de bibliothèque qui auscultera l'homme révolté et se révoltera lui-même régulèrement à coup de stylo à bille. Tous les terribles et séditieux alcools distillés par ces bouilleurs de crus tournent en eau de boudin au premier coin de rue.

Notre humanisme gymnosophique ne consomme que très peu de mots - nous préférons une bonne douche d'eau douce à des flots de littérature - d'où le vif dépit des hommes de cabinet ; l'humanisme gymnosophique n'a pas besoin de mots pour s'identifier. Ils lui sont nécessaires seulement pour se défendre, pour mettre à la portée (et à l'abri) de chacun le corps d'une doctrine tirée non pas du néant philosophique ou du magasin des utopies mais de la réalité vécue.

A cet effort collectif de clarification peuvent faire obstacle l'individualisme très vivace dans notre mouvement et une fort sympathique tradition d'anarchie. Tout élargissement de notre influence lui reste pourtant subordonné. Je le répète et celui-ci ne saurait être mieux servi que par l'association de ces idées-fortes : nature et liberté.

ACCOUPLEMENT DES TENDANCES

L'arbre au pied duquel campe le naturiste ne doit pas lui cacher la forêt environnante. Les petites communautés émotionnelles naturistes ne sont pas grand-chose à l'échelle des réalités modernes. Elles témoignent d'une certaine révolte du vital et de l'organique contre tout ce qui est mécanique, elles attestent la résurgence générale de la vie (soin des enfants, culture du sexe, retour à la nature et amour du soleil), toutefois ce succès relatif du naturisme n'est qu'une très petite partie dans l'ensemble des modifications qui affectent la structure esthétique de la société et des relations sociales.

Lewis Mumford expose comment on pourrait comparer le monde mécanique à un jeu de dames, dans lequel des pièces identiques exécutent des mouvements similaires. " Le mode nouveau doit être représenté par un jeu d'échecs..." dans lequel chaque ordre de pièces a un statut différent, une valeur différente et une fonction différente ; jeu plus lent et plus exigeant...Car tous les aspects de l'ordre précédent (depuis les taudis où il logeait ses ouvriers jusqu'aux tours d'abstractions dans lesquelles il logeait les intellectuels) étaient de la auvaise construction, hâtivement assemblée en vue de profits immédiats, de succès pratique immédiat, sans tenir compte des conséquences plus lointaines. Dans l'avenir, ce n'est pas sur la vitesse et la conquête pratique immédiate qu'il conviendra de mettre l'accent, mais sur la plénitude, l'interrelation et l'intégration.

La gymosophie, non le naturisme, peut être une pièce importante de ce nouveau monde. Les naturistes en ont-ils conscience ?

Il semble que pour trop d'entre eux ne joue pas "la faculté d'accouplement des tendances" (Otto Flake). S'ouvrir aux émotions naturistes et vouloir nier ou ignorer tout le reste est une attitude fantaisiste qui réduit son adepte à l'état de funambule plus ou mois gras ou maigre. La tendance naturiste doit s'intégrer dans la gymnosophie, c'est-à-dire dans une synthèse intellectuelle plus complète. Cela implique une nouvelle orientation vers les questions touchant à la construction des communautés, la conduite des groupes, le développement des arts de communication et d'expression, l'éducation et l'hygiène de la personnalité. Une doctrine élargie du naturisme trouve là sa définitin, sa justification, son support social : elle devient gymnosophique.

VENUS ET V 2

A l'île du Levant, la Marine nationale a installé un centre d'expérimentation de projectiles radioguidés. Certains habitués de l'île ont vu là une offense ultramoderne à leurs penchants bibliques.

Ces protestations n'ont pas la moindre importance.. Elles ne changeront rien, elles prouvent un maque total de réalisme, elles émanent de naturistes ingénus (affligés du complexe de l'île déserte, d'un curieux esprit de petit-bourgeois rétrograde) qui gémissent vaguement sur les menaces des temps modernes sans jamais songer à se situer positivement en face de ces menaces.

Personnellement, les rampes de lancement ne me gênent pas plus que les engins de guerre de bataillons de la Grèce gymnosophique ; je trouve excitant pour l'esprit le voisinage des Vénus et des V 2. Que la Vénus naturiste puisse faire acte de présence dans l'équation du monde moderne me satisfait. Dressées contre le ciel, les rampes de lancement indiquent au gymnosophes qu'ils ne sont pas seuls au monde. Il est illusoire d'aller contre la technologie et la science, il faut les humaniser, il faut composer avec la réalité.

Au Levant, l’aumônier catholique a ses amis et ses fidèles, preuve de la compatibilité du spiritualisme chrétien et du naturisme. De la même façon, la science et le naturisme ne sont pas incompatibles ; l'erreur est de croire que la naturisme peut former de petites sociétés nouvelles alors qu'il n'est qu'un apport à la société possible, une pièce sur l'échiquier du monde nouveau. Gardons-nous de nous éloigner du réel, gardons nos pieds nus sur terre si nous voulons efficacement défendre la part de la nature et de la liberté, la part de Vénus et d'Apollon en face de Vulcain.

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Vivre d'abord, #1952

Repost 0

Publié le 2 Janvier 2016

Gymnosophie, Naturisme : un article de 1952 par Jean-Albert Foëx 1/2

VIVRE D'ABORD XXVIe ANNÉE SÉRIE 3 N° 32/362 1952

"La Gymnosophie est un Humanisme"

DANS L'ILE DES VENUS ET DES V2

par Jean-Albert FOEX

Dans un récent numéro de Vivre d'abord ! j'essayais de développer ce point de vue : la gymnosophie est un humanisme, car je suppose que l'époque est venue où les gymnosophes doivent définir positivement leurs fins, leurs moyens, leurs progrès et leurs ambitions. Dans le monde entier, le naturisme compte en 1952 suffisamment d'adeptes pour qu'après des années de "défense passive" contre les préjugés et la sottise, l'heure ait sonné d'envisager quelque chose qui corresponde - toutes proportions gardées - à la N.E.P. soviétique ou au New-Deal américain, c'est à dire un plan d'affirmation élargie du naturisme faisant suite à la protestation naturiste contre un monde barbelé de contraintes morales et de coercitions sociales.

Il est agaçant de pouvoir difficilement réfuter l'accusation de pauvreté spirituelle et intellectuelle du naturisme, faute d'un corps de de doctrine sérieusement établi et étendu. Si c'est l'honneur de Vivre d'abord ! d'avoir voulu instituer un débat permanent sur ce sujet, il est regrettable que trop de naturistes se satisfassent des données immédiates du soleil et du nudisme et se désintéressent des véritables problèmes que soulèvent l'établissement d'un ordre naturiste et une réelle maîtrise naturiste de l'esprit.

L'EXPERIENCE DU LEVANT

A l'île du Levant, Héliopolis propose à l'observateur les enseignements de son histoire et de son actualité.

Son histoire ? La décadence progressive d'une communauté naturiste. La pureté théorique des premiers temps s'est altérée dans la proportion où elle était trop rigoureuse, trop égocentrique, trop exclusive.

Son actualité ? La démonstration publique et manifeste que le naturisme ne peut être popularisé par la seule vertu du nu sectaire et soupçonneux ; qu'il a tout à gagner, au contraire, en sollicitant largement l'adhésion des amis de la nature et de la liberté.

Héliopolis a été un échec dans la mesure où les pionniers crurent naïvement qu'il leur était possible de vivre indépendamment du monde extérieur. Héliopolis est un succès dans la mesure où, chaque année, un fort courant de visiteurs de tous les pays, simplement désireux de connaître une terre où la nature se maintient dans la liberté, se mêle aux naturistes "historiques".

Certes, ce mélange est parfois troublé par la vulgarité de certains éléments, pour quelques-uns d'entre eux il serait sans doute nécessaire de se référer à la psychothérapie sexuelle, mais cela est d'une importance mineure, l'essentiel demeurant que la manière de vivre naturiste soit confrontée - sur le plan du réel - avec d'autres manières de vivre, au sein d'une communauté vivante, agitée, qui dépasse souvent deux mille âmes si l'on veut bien en prêter une à chaque corps.

On observe d'abord que pour des quantités de filles et de garçons : sportifs, culturistes, chasseurs au harpon, campeurs, ajistes, le nudisme constitue un comportement naturel. On constate ensuite la méfiance et l'ironie que manifestent ces nouveaux venus à l'égard des adjudants nudistes, du caporalisme végétarien ou diététique, des ruminations théoriques sur la levure de bière et de la cassonade. Ils se méfient des dogmatismes. Gayelord Hauser, c'est bien. Alexis Carrel, Alain Gerbault - ou Yves Le Toumelin - c'est mieux. La mouvement et la pensée naturistes ne s'enferment pas dans des pots e yaourt et dépassent la limite des champs d'épinards.

Notre mouvement ne progressera, le rayonnement de notre pensée ne s'accentuera que si nous jetons en avant ces mots-clés : nature et liberté, non pas des systèmes rétrécis.

Si chaque année des milliers de visiteurs se dirigent vers l'île du Levant, si des milliers d'autres, dans li monde entier, effectuent plus ou moins consciemment leur marche au soleil et au naturisme, ce n'est pas par passion militante pour les vitamines B1,B2, PP, E, A ou D, ni pour s'instruire des principes de la science mazdéenne ou du culte de Mithra. Les uns et les autres agissent par simple goût de la nature et de la vie libre.

Qu'on me comprenne bien. Je ne songe pas à nier l'intérêt de la cure végétale (je la pratique) ni même celui du culte solaire (il faut être curieux de toutes choses), mais ce sont là des problèmes subalternes alors que les problèmes qui s'articulent autour des mots nature et liberté retiennent l'attention du plus grand nombre.

Il faut choisir pour armes ces deux mots chargés de dynamisme et de pouvoir de séduction.

Ils permettent de déblayer l'amas des faux problèmes archaïques.

Ils élargissent nos perspectives.

Ils remettent à leur place les néo-spiritualismes plus ou moins puérils.

C'est à partir d'eux que peuvent être considérablement agrandies les positions du naturisme au sein d'une civilisation mécanique aux exigences de laquelle nous restons plus ou moins, qu'on le déplore ou non, assujettis.

à suivre...

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Vivre d'abord, #1952

Repost 0