1989 : l'électricité sur l'île du Levant (1)

 

un article de VAR MATIN d'octobre 2009

Hyères Île du Levant : déjà vingt ans que le courant passe

Publié le mercredi 28 octobre 2009 à 00H00

nm-photo-270767

Chacun met du sien et tire le câble sur la dalle sud, en 1989. (Repro D. R.)
L'électrification du domaine Héliopolis a pu être réalisée sans l'aide publique. « C'est le succès d'une initiative privée ! », se félicite Philippe Fourneau (ci-contre).
Photo Laurent Martinat

 

 

En débarquant sur l'île du Levant pour se dorer le corps et puiser sa part de rêve, on n'imagine pas que jadis, cette terre magique offrait peu de confort. En effet, elle connut une longue période sans eau, ni électricité et ramassage d'ordures. Cependant, en 1931, date de création d'Héliopolis - centre mondial du naturisme - par le docteur Durville, les pionniers amoureux du lieu, jetèrent leur dévolu sur ce petit paradis, bien conscients de sa rusticité. Mais en 1989, après moult démarches, l'île du Levant est enfin équipée en électricité. 20 ans déjà, un événement qui se fête en toute discrétion. Pourtant l'aventure humaine vaut la peine d'être relatée.

Souvenirs de Frets Verhees, propriétaire de l'hôtel Le Ponant et Philippe Fourneau, syndic de l'époque, homme de dossier et de négociation. Sans eux cette réalisation aurait été bien plus difficile !

L'esprit pionnier

« Nos lumières étaient au pétrole, au gaz ou encore à la bougie et le soleil était la meilleure solution pour chauffer l'eau, surtout celle de nos douches prises à l'extérieur », se souvient Frets Verhees. Mais, dans les années 1960-1970, cette solution n'est plus satisfaisante. D'où l'apparition de groupes électrogènes, surtout chez les commerçants. Mais, le bruit et la pollution condamnent à terme cette pratique brisant l'atmosphère si paisible et agréable du Levant. La seule solution valable s'impose : se raccorder par un câble sous-marin au réseau EDF du continent. « Il se trouvait qu'à l'époque j'avais des relations amicales avec le capitaine de vaisseau André Subra (1), note Philippe Fourneau. Il fallait convaincre aussi la Marine de s'électrifier. Une table ronde diplomatique fut alors organisée entre EDF et les différents intervenants de l'île. C'est comme ça que l'aventure a commencé. »

Une mémorable assemblée générale

Une fois que le projet et son financement jusqu'aux portes du domaine sont bouclés (participation de la Marine, d'EDF et du conseil général), le plus difficile reste à faire. Créer un réseau sur Héliopolis et faire participer les propriétaires à son financement. En ce temps-là, le commerce levantin est encore florissant, l'île vibre dans une atmosphère de fête ! Aussi, chacun mettra la main à la poche selon certains critères.

Tous les câbles enterrés

« Particulièrement fier d'avoir mené à bien un projet aussi difficile, monté à une vitesse inespérée, j'attendais sereinement les louanges des propriétaires... », avoue Frets Verhees. Grosse déception, lorsqu'en mai 1988, lors d'une assemblée générale extraordinaire, les propriétaires du Levant adhèrent pour seulement 52 %.

L'électrification des îles du Levant et de Port-Cros devient alors palpable. Finalement, le câble électrique partira du Cap Bénat, au Lavandou pour rejoindre Port-Cros à Porman, traversera la passe de 600 mètres pour arriver au port de l'Ayguade, au Levant.

Dès lors, pour alimenter le domaine privé d'Héliopolis d'importants travaux seront entièrement financés par les propriétaires, sans aucune aide publique. « De plus, cette installation a permis d'enterrer entièrement les câbles électriques et téléphoniques sur l'île », s'enorgueillit Philippe Fourneau.

 

vleparc@varmatin.com

 

1. M. Subra était directeur du centre d'essais de la Méditerranée de la Marine nationale au Levant.

 

 

Repost 0