Articles avec #ile du levant tag

Publié le 18 Août 2020

Du monde à l'embarquement

------------

La pointe du Rouscas Roux et le Grand Cap

------------

Le Titan

------------

Emmanuel et Luc de "Madame Arthur"

------------

Le Castellas

------------

Retour vers le domaine d'Héliopolis avec la Réserve naturelle des Arbousiers

---

Merci à Thierry et à l'équipe de l'association Le Levant Naturiste
pour l'organisation de cette croisière qui offre des couleurs différentes du Levant 
et des levantins chaque année

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Ile du Levant, #Des bateaux, #La vie locale, #Histoire, #Géographie

Publié le 18 Août 2020

Inscription au dos

3328- LES ILES D'OR
ILE DU LEVANT (Var) - Sous-bois
sur la route du Grand-Avis à Héliopolis

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Cartes postales, #Ile du Levant

Publié le 18 Août 2020

Rédigé par HODIE

Publié dans #Bords de mer, #Nuages, #Ile du Levant

Publié le 17 Août 2020

 Commémoration du débarquement de Provence
76ème anniversaire

Photos : B. Chevallier

-----------------

Fête de la mer

Le groupe OPUS4

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #ile du levant, #la vie locale, #Ayguade

Publié le 17 Août 2020

------------------------------------------------

Semaine 33 de 2020

Température maximum : 32,6 °C le 13 août à 17:30

Température minimum : 22,2 °C les 12 et 16 août à 04:45 et  08:45

Pluie : 0,0 mm

Pluviométrie annuelle : 215,2 mm

Rafale maxi : 38,6 km/h le 14 août

Détails ci-dessous

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Climatologie, #Ile du Levant

Publié le 16 Août 2020

Un psychanalyste de passage au Levant : Vincent Bourseul
Textes disponibles sur http://vincentbourseul.fr/cahiers-levantins/

Identité·s levantin·e·s ?
Chose scandaleuse d’écrire seulement le mot « identité » à propos du Levant ; provocation et mensonge, pour essayer d’attraper un morceau du monstre immonde qui se promène à l’ombre du maquis, et qui navigue aussi entre le continent et l’archipel.
Le Levant n’est pas un territoire ordinaire, « ni une ville ou un village, non pas une agglomération […], mais une cité rustique […], où se reposer des fatigues de la civilisation artificielle des villes […] » (29 juin 1932, cahier des charges du Syndicat d’Administration d’Héliopolis).
Ce lieu, sans territorialité ordinaire, n’a pas non plus d’identité au sens ordinaire.
Peut-être bien plus une visée farouche de dépasser l’identité, quelle qu’elle soit, sociale, culturelle, sexuelle, etc. – Y ajouterait-on ethnique, genrée ?
Édouard Glissant, poète des Caraïbes (autres Îles) et pirate des identités a soutenu le long de son œuvre le dépassement du métissage pour lui préférer la « créolisation », seule capable d’empêcher que ne se stabilise « l’identité créole » tueuse de créolité en marche. Pour lui, le seul mélange ne suffit pas, il plombe ; l’hybridation permanente, elle, féconde. À condition, toutefois, de ne pas s’accrocher trop fort au « foyer imaginaire » qu’est l’identité, selon l’idée de Lévi-Strauss, dont nul ne fait jamais l’expérience, au final – dont il savait le risque d’aboutissement dans la « solution finale ».
À l’évidence, les identités ne sont plus aujourd’hui ce par quoi nous nous reconnaissons sous les traits de la cohérence. Elles sont devenues des surfaces troubles, des objets de convoitises ou de polémiques. Comme des petits territoires, des propriétés virtuelles ; pas sans effets réels, ni drames. Les identités minoritaires se battent, évidemment ; celles majoritaires tiennent les comptent ou documentent, inquiètes. En avons-nous besoin, ici ?
Des questions rôdent, ces jours-ci, et ressemblent à celle d’antan… Combien sont-ils·elles ? Que font-ils·elles ? N’est-ce pas excessif ? Trop bruyant ? Trop visible ?
La discrétion est de règle, dans ce lieu levantin – comme la nudité en certains endroits (sic) –, pour le respect de la vie des autres, quel·le·s qu’ils·elles soient, levantin·e d’un jour ou de toujours, sans hiérarchie de légitimité ou d’autorité.
Sans cela, sans cette précaution et cette promesse d’Héliopolis, le Levant serait une Famille et défendrait l’illusion familiale – dont nous savons les pires effets – pour structurer la vie, et perpétrer le massacre des villes ordinaires où la vie se découpe en foyers, en propriétés, en contraintes, en bons droits et mauvais comportements. Une famille ordinaire où chacun peut se mêler de ce qui se passe dans l’assiette ou la culotte de son voisin, pour dire si cela convient ou non !?
Le Levant serait une famille faite de ceux.celles qui savent et/contre ceux·celles qui sont ignorant·e·s ? Les bons et les mauvais ? Les méritant·e·s et les inutiles ?
Pourquoi pas une famille avec un père tant qu’on y est, en oubliant, un peu vite, que le Levant fut fondé, justement, par des frères… en 1931, pas n’importe quand.
L’histoire du Levant porte bien au cœur de sa terre, de son maquis, les traces des excès d’ordre de l’idéal familial dont ont été extraits et condamnés au pire les enfants détenus ici pour mauvais comportements, à l’époque de la colonie pénitentiaire pour enfants. Depuis, le Levant, c’est différent.
C’était il y a longtemps ? Pas tant que ça. C’est encore, aujourd’hui, ce que questionne le Levant chez celles et ceux qui l’habitent, pour une journée, à l’année. C’est sur cette question que le Levant nous interpelle, toutes et tous, qu’on veuille ou non le savoir.
Problème, les questions sont parfois difficiles à supporter. Trouver des réponses rapides et efficaces en apparence peut être préféré au dialogue, aux paroles échangées, aux remises en cause individuelles. Par facilité, ou excès de zèle.
Punir, frapper, gronder, empêcher sont les mamelles de ce genre d’éducation nauséabonde.
S’interroger est pourtant, semble-t-il, la seule manière de ne pas sombrer dans les ragots, les mises au banc, les incompréhensions puériles, les dénonciations abjectes, et les mises en danger ou pire, les excès d’autorité et de surveillance.
Alors, à qui veut défendre « l’identité du Levant » ou « le Levant d’avant» (qui se conjugue toujours au singulier dans ce cas) – habitant, touriste, commerçant, détenteur de l’autorité publique, élu –, se posent ces questions : à quel fantasme morbide es-tu accroché·e ? Ne vois-tu pas que tu t’aveugles et risques d’écraser les herbes folles dont cette terre au milieu de la « mer entre les terres » tient la beauté ?
Parlons-nous-en, aimablement, à nu·e·s… frères et sœurs sans père, laissons-nous vivre dans cette joyeuse bande bigarrée et interlope, chaque jour changeante, chaque saison tournée vers l’à venir… pour les suivant·e·s ; puisque la vie passe.
Partageons l’histoire, nos peurs et nos espoirs. Pas les coups, l’opprobre ou le sang.
Pour chérir l’infinie levantisation, plurielle de toutes et tous.
Un levantin de l'été, 3 août 2020.
Héliopolis, Mer Méditerranée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Ile du Levant, #Artistes-écrivains

Publié le 16 Août 2020

83- ÎLE DU LEVANT FRANCE


 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Ile du Levant, #Cartes postales

Publié le 16 Août 2020

 ZIEM : Zone Interdite aux Engins Motorisés

Nombreux nageurs ce samedi 15 août 2020

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Bords de mer, #Ile du Levant

Publié le 15 Août 2020

76 ème anniversaire du débarquement du 15 août 1944 sur l'île du Levant

Archives Gaumont
Bombardement de la batterie (factice) du Titan la veille du débarquement
On reconnaît la pointe du Titan et la calanque du Phare

 

"Dans la nuit du 14 au 15 août 1944, d'autres troupes doivent neutraliser l'île du Levant et Port-Cros, où la Wehrmacht disposerait de canons suffisamment puissants pour mettre en péril l'assaut des Alliés. Plus de 2 000 soldats américains et canadiens (SITKA FORCE) sont chargés de cette besogne. Tous s'attendent à souffrir. En face, on a pour principe de vendre chèrement sa peau quoi qu'il arrive. Les commandos prennent pied sur les deux îles sans la moindre résistance, ou presque. Au Levant, l'opération se révèle même parfaitement inutile : la batterie, installée près du phare de Titan, n'est qu'un leurre d'armes factices, défendues par des mannequins. À Port-Cros, en revanche, la partie est plus compliquée : retranchés dans les forts plantés au sommet de l'île, une soixantaine d'Allemands tiendront leurs positions jusqu'au 17 août, avec courage et détermination."

Source : "La Provence"

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Ile du Levant, #Débarquement, #1944

Publié le 14 Août 2020

Agir Ô Levant organisait ce vendredi 14 août la visite de deux jardins levantins pour la première fois en pleine saison, CABO VERDE et LA ROCHE AUX MOUETTES.

Quelques photos de ces deux visites :

LA ROCHE AUX MOUETTES avec Bruno et Sylvain

 

Voir les commentaires

Rédigé par HODIE

Publié dans #Ile du Levant, #jardins, #Agir O Levant, #La flore