un serpent de mer à l'île du Levant

Publié le 24 Décembre 2010

Le 9 juillet 1963, Etienne Lambaere, un des gardiens du phare du Titan, à l’extrémité nord-est de l'Ile du Levant, chassait par 5 m de profondeur, lorsqu'il rencontra, pour la première fois de sa vie, un poisson étrange, long ruban de 2 m 10. Il n'était pas très vigoureux, un peu penché sur le flanc ; un moribond ou un malade remonté en surface (très calme et très chaude), mais manifestement un poisson de grande profondeur. Méfiant devant l'inconnu, réaction normale et justifiable, Etienne Lambaere lui tira une flèche dans la tête, alors qu'il aurait pu (s'il avait su) le prendre à la main et vivant.

C'était un des exemplaires, rarissimes (une centaine seulement ont été rencontrés dans les temps modernes, cinq ou six conservés), du Regalecus Glesne, le régalec, ou « roi des harengs »(censé précéder les bancs de harengs). La tête ornée de nombreuses aigrettes rouges, deux palettes natatoires au bout de deux rayons durs sous la tête, cet être, énigmatique avait les flancs et tout le corps comme « laqué d'argent », avec des tâches sombres régulièrement espacéessur toute la surface de ses flancs.

SCAN458

Il fut conservé dans l'eau de mer formolée à 5 %, qui ne préserva pas longtemps l'auréole de feu au-dessus de la tête ni la laque d'argent des flancs.

Quelques jours auparavant (publié le 3 juillet), un pêcheur du Sausset prenait un trachyptère de 70 cm : ruban plus large, mais argenté, marqué des mêmes taches sombres, tête très semblable. Le trachyptère est-il le petit, la larve, l'autre sexe, du régaléc ? On se le demande encore.

En tous cas, c'est un des êtres qui contribuent à alimenter le dossier du «  serpent de mer », que Bernard Heuvelmans* achevait de rédiger, en ce même été, à l’île du Levant.

 

F. TANAZACQ

 

* en savoir plus : http://cryptozoo.pagesperso-orange.fr/personalia/heuvelmans.htm

Rédigé par HODIE

Publié dans #La faune

Repost 0
Commenter cet article