La calanque des Moines, dans la revue des Amis de l’île du Levant (2)

Publié le 12 Mai 2013

Un article d'Henry Legrand,
extrait de la revue de l'ADIL, Association naturiste des Amis de l'Ile du Levant
n°7 3ème trimestre 1951
2ème partie

De la terrasse de l'hôtel Bellevue, au nom bien choisi, le regard domine toute l'étendue de mer que la carte d'état-major appelle "rade de Bormes"; encadrée par l'alignement de toutes les îles, Port Cros, Bagaud, Porquerolles, Giens, les hauteurs de Toulon, la Sainte-Baume, Les Maures, le cap Bénat. Séjour agréable comme le paysage lui-même, et le soir, l'idéal coucher de soleil, dans sa symphonie changeante de couleurs...

C'est là que s'ouvre en serpentin, à travers le maquis, le sentier de la calanque des Moines, qui aboutit à la mer, cette mer dont on ne voit pas le rivage, car à l'île du Levant, sauf en de rares calanques, la déclivité du terrain s'accroit jusqu'à l'altitude zéro, et les derniers mètres sont généralement à pic.

En lacets, en dépit de la pente raide du talus, ce sentier nous amène de 120 m au niveau de la mer. Oeuvre de Parsonneau, comme tout le reste, à pente constante, les virages relevés, parfois avec marches, contournant les roches les plus importantes dont l'enlèvement aurait nécessité de grands travaux, le tout dans un délicieux sous-bois d'arbousiers, bruyères, myrtes et cistes avec de charmantes échappées de vues sur un paysage qui s'enfonce petit à petit, le chemin ainsi aménagé permet une promenade facile, douce aux pieds, et merveilleuse de poésie. Bientôt les arbustes se font plus bas et plus rares. De grosses masses rocheuses leur succèdent, chaos titaneque que de la mer on croit composé de pierres moyennes et petites, tant les points de repère font défaut.

Vers le soir, vous apercevrez le maître de céans assis sur un rocher au bord de l'eau, songeur, pensant à la paix de son domaine, qu'il a pu réaliser sans heurter quoi que soit dans la nature, mais au contraire, en la mettant à son service. Vous contournerez le roc principal, vous aidant quelque peu des mains, et un escalier naturel vous conduira à un petit débarcadère d'eau claire, et tout de suite en eau profonde.

Moins centrale que "Les Pierres Plates", et pour cette raison moins achalandée, l'excursion de la calanque des Moines est cependant à recommander pour parfaire la connaissance des débouchés marins d'Héliopolis, qui sont,  comme on sait, au nombre de trois : Ayguade, Pierres Plates, Calanque des Moines.

RNI14-MARS-57-MOINES.jpg
Au fond la calanque des Moines
Revue Naturiste Internationale n°14 Mars 1957

MOINES1965

en 1965

Rédigé par HODIE

Publié dans #Histoire

Commenter cet article