Education, savoirs et naturisme 3/3

Publié le 30 Décembre 2019

Merci à Michel Chapotin, président de l'O.S.T. France, Ordre de Service Théosophique de France.

Le NATURISME
Hélène  d’Héliopolis  -  Ile du Levant  (Var)

suite et fin

    Malgré les tensions qui peuvent exister entre quelques personnes dans l’île comme dans tous les villages sur le continent, j’apprécie la solidarité entre les résidents, les vacanciers de tous pays, les rencontres éphémères mais aussi les liens d'amitiés qui se nouent au fil des années. Plus je vieillis, plus j’aime les levers et les couchers du soleil, regarder la voûte céleste non polluée par les lumières artificielles, méditer nue face à l'immensité de la mer comme si je ne faisais qu'un avec elle. Souvent, je me rappelle les sages paroles d’Ananda qui nous comparait à des gouttes d'eau faisant partie de I‘océan avec des vagues plus ou moins agitées en surface mais avec le calme des profondeurs.

   En apportant mon témoignage, j'espère ne pas exagérer les bons aspects du naturisme tels que je les vis au Levant depuis si longtemps.

    Pour terminer, voici deux poèmes.
 Le premier est en fait une chanson. Elle fut créée par le chanteur naturiste Henryus avec la musique du compositeur végétarien Gumery en hommage aux. Docteurs Gaston et André Durville en 1930 !

Amants de la belle nature

Nous chantons la riche parure

Qu’elle revêt pour le printemps

Nous aimons les frimas, la glace

Le vent, le soleil l’eau, l’espace

Et le grand air par tous les temps

 

Refrain :

Chantons bien haut Vive le Naturisme

Puissant moyen de rénovation

Et conscients de notre idéalisme

Travaillons tous à l’évolution

 

Les produits du sol magnifiques

Nous dispensent force physique

Calme santé, vitalité

Des êtres respectant la vie

Nous réalisons l’harmonie

Dans l’abondance et la beauté

 

Nous sommes tous d’ardents pacifistes

Cœurs généreux et altruistes

Aimant la solidarité

Rythmée aux lois de la Nature

Notre vie est de source pure

Et connaît la fraternité

 

Le second est d'Alain Pourchot, un résident actuel sympathique d'Héliopolis :

Bleu Soleil, Je suis soleil levant Tu deviens matin enchanteur, 
Je suis soleil couchant, Tu demeures levant bonheur.

Amnésique en ton sein bleu, J’ouvre grand les yeux,
C'est à la fois le paradis Et !'illusion de l'infini,

Sans cesse émerveillés Par les instants qui passent
Amphitrite nous enlace :   Nous devinons J'éternité !

Regarde le vol du goéland, C’est le vent du levant,
Ecoute chanter le temps, C’est levant dans le vent.

 

Rédigé par HODIE

Publié dans #Naturisme, #Ile du Levant, #Chapotin, #Artistes-écrivains

Commenter cet article