"C'est arrivé au Levant" un article de 1958 4/10

Publié le 24 Septembre 2018

ÉDITION SPÉCIALE DE LA REVUE NATURISTE INTERNATIONALE
L'ILE DU LEVANT
NOUVEAU GUIDE 1958

"C'est arrivé au Levant" 

1950

  Cet été, nous tournerons un film naturiste en 35 mm : Manoureva. Je suis venu à Pâques prendre des photos des différents lieux sur lesquels nous filmerons. Du côté du château de Pourtalès, le printemps a déclenché une explosion de couleurs : mimosas, lauriers-roses, bougainvilliers, géraniums, marguerites. Les sentiers sont ourlés d'herbes tendre. Oliviers, agaves, cactus, yuccas, cyprès, palmiers, eucalyptus sont en uniforme vert et gris argenté.
  Une belle dame seule se promène.
  La poitrine fringante, la peu très blanche. Un mince slip noir attire l'attention sur ses longues jambes et sur la laiteuse blancheur de peau. Ainsi cette brune fait rêver à une poularde demi-deuil.
  L'appétit très ouvert, je l'invite à déjeuner. Entre le crabe et la salade à l'oignon, elle m'explique son cas :
  - L'année dernière, à l'élection de la plus belle naturiste, à Rioufrède, j'étais "voyeuse", venue du Lavandou avec des amis curieux. Il y a eu une bousculade, j'ai perdu mon soutien-gorge et je me suis retrouvée au premier rang de la foule. C'est comme ça que j'ai été élue ! Les gens criaient, je suis devenue première demoiselle d'honneur nudiste, pensez-donc, moi qui suis dans l'enseignement ! Alors, cette année, j'ai profité des vacances de Pâques pour venir voir un peu cette île, l'année dernière je suis repartie en bateau les soir même. Je veux bronzer complètement aussi. Pour le tour de poitrine, je ne crains personne, mais une reine de beauté naturiste qui a la blancheur...
  - Vous joignez l'éclat à la blancheur !
  - Persil mille fois, vous êtes trop bon ! Mais, n'est-ce pas, une reine du Levant blafarde, ça n'a pas de sens ?

  Elle avait raison. La haute idée qu'elle se faisait de ses obligations royales ébranlait fortement mes convictions républicaines.

Rédigé par HODIE

Publié dans #Guides, #Histoire, #Ile du Levant, #1958, #1950

Commenter cet article