Mauperthuis par Henry Legrand - 1

Publié le 19 Mars 2015

Extraits de VIE LIBRE de 1948 et de l'ILE DU LEVANT de 1953, revues de l'Association naturiste des Amis de l'Ile du Levant

----------------------------

Un nom sinistre, évoquant quelque chose comme mauvais passage, ou passage maudit, nom tout à fait approprié à la chose, un chaos de rochers s’enfonçant dans une mer sauvage aux remous toujours en action, même par temps calme, au milieu d’une solitude effrayante, à peine troublée par le cri des goélands, dont c’est par excellence le lieu de rassemblement…

Avec le Grand Cap, près des Pierres de Fer, la Tour du Titan, le Castellas et le Phare, c’est un de ces belvédères qui s’avancent dans la mer d’où la vue est inoubliable. Pourtant, bien peu, parmi ceux qui viennent à l’île du Levant, connaissent Maupertuis.

C’est qu’en effet cette pointe magnifique est à peu près invisible de partout. Du fort de l’Arbousier qui, à 116 mètres, domine Héliopolis, elle est cachée par un mouvement de terrain s’élevant à 117 mètres. De la plage des Grottes et même des rochers qui la prolongent au sud, la vue est barrée par l’avancée en pointe d’un pan de falaise rocheuse.

De Rioufrède, le regard en direction de Maupertuis est pareillement limité par la pointe du Cheval. Un seul point sur l’île, le Grand Cap, à plus de 3 kilomètres 500, donne vue sur la falaise sud à l’extrémité de laquelle se trouve notre objectif, mais de là celui-ci apparait pour ainsi dire, à l’envers. Pour l’observer de face avec sa double avancée et sa baie centrale, il faudra se rendre à Port-Cros et escalader le signal de la Vigie. Pratiquement sa découverte est réservée à ceux disposant d’un canoë ou d’un kayak, qui, par temps calme se rendent de l’Ayguade ou des Grottes à Rioufrède.

Quant à s’y rendre par terre, c’est un exploit nécessitant des qualités de grimpeur sans vertige, de bon nageur et, en général, exigeant une endurance à toute épreuve, les rochers étant coupés par des à-pics nombreux et des criques à parois verticales.

Aussi l’idée d’une excursion à Maupertuis ne venait à personne, tant elle paraissait impossible à réaliser. L’ouvrage d’Emile Jahandiez : « Les îles d’Hyères » n’en mentionne même pas le nom. Celui de M. Piguet : « Guide du touriste à l’île du Levant » n’en parle que pour rappeler que ce lieu est à peu près inaccessible. Cependant, à plusieurs reprises, des efforts devraient être tentés pour vaincre le maquis, les rochers et la mer qui jalousement défendent son approche.

à suivre....

Mauperthuis par Henry Legrand - 1
Commenter cet article